Accueil Maison Hauteur marche escalier : la loi Blondel

Hauteur marche escalier : la loi Blondel

Les escaliers sont un élément essentiel dans une maison pour accéder à l’étage supérieur. L’installation d’un escalier est toutefois soumise à des règles strictes qu’il faut absolument suivre. La loi Blondel fait partie de ces règles à appliquer. Son nom vient de son créateur Nicolas-François Blondel. Cette loi est basée sur une formule mathématique utilisée par les professionnels dans le secteur du bâtiment. Cet article vous en dit plus sur la loi Blondel et sur la formule pour avoir la bonne hauteur de marche d’un escalier.

La loi Blondel : définition

Nicolas-François Blondel a en 1675 créé cette formule qui a révolutionné la conception des escaliers pour notre quotidien. L’objectif était de trouver la hauteur de marche la plus naturelle et la plus confortable. Cela permet de monter et de descendre un escalier de la meilleure façon possible. Pour calculer la bonne hauteur de marche, il convient de prendre en compte la distance d’un pas, la longueur du giron et la hauteur de la marge.

A lire aussi : Agrandir une salle de bain : comment faire ?

En plus de l’usage au quotidien, la loi Blondel prend aussi en considération l’effort. Le fait d’avoir une norme qui prend en compte plusieurs facteurs facilite de manière générale la montée des marches. Les dimensions de la hauteur des marches comme de leur longueurs sont calculées, ce qui favorise également une meilleure sécurité. Un escalier bien conçu, ce sont des risques moins nombreux de chutes.

Le calcul de la loi blondel pour son escalier

La formule de la loi blondel fonctionne avec plusieurs types d’escalier : l’escalier simple (droit), l’escalier double à quartier tournant et l’escalier tournant. Les architectes et les charpentiers ont l’habitude de faire des calculs selon la loi Blondel. La formule est : 2h + g

Lire également : Entretien de canalisations eaux usées : ce que vous ne pouvez pas faire

Le h est la lettre pour signifier hauteur et le g signifie giron. Pour respecter la loi blondel, il faut que la somme entre 2h + g se situe entre 60 et 64 cm. Prenons l’exemple d’un escalier droit mesurant 2,60 mètres :

Une marche doit mesurer entre 17 et 18 cm et le giron 25 cm. Avec ces valeurs, nous pouvons faire le calcul de la somme 2h + g et obtenir 60 cm. On calcule aussi que l’escalier ferait environ 15 marches.
Voici un autre exemple avec un escalier de 2,80m :

Il est composé de 15 marches faisant 186mm de haut. Les girons font eux 240 mm. La loi de Blondel donne ce calcul : (182 x2) + 240 = 612 mm

Comme le résultat est situé entre 600 et 640 mm, on estime que l’escalier est confortable et répond à la bonne ergonomie pour un être humain. Si l’escalier comprenait 16 marches avec des girons mesurant 240 mm, le résultat du calcul loi blondel ne serait pas assez élevé (590 mm). Les marches seraient en effet trop hautes, ce qui rendrait l’utilisation de l’escalier plus inconfortable.

Pourquoi faut-il faire appel à un professionnel pour la loi blondel ?

Un professionnel qui installe un escalier ou un fabricant d’escalier applique automatiquement la loi blondel. Il a l’habitude d’utiliser la formule. Chaque habitat a ses spécificités et le professionnel doit construire un escalier avec les contraintes du terrain. Il va prendre les mesures de l’espace devant accueillir l’escalier et fabriquer l’escalier qui lui est adapté.

Le professionnel est aussi capable de savoir quel escalier convient le mieux selon la configuration de la pièce. Par exemple dans une petite pièce, un escalier hélicoïdal s’avère judicieux puisqu’il occupe peu d’espace. Si à l’inverse, dans une grande maison le but est d’utiliser l’espace en dessous de l’escalier pour s’en servir comme rangement, un escalier 1/4 tournant est idéal.

Pour finir, le fabricant détermine en plus le matériau adapté en fonction de la décoration présente ou souhaitée. Le choix du matériau compte aussi sur la question de l’entretien. Le bois demande par exemple plus d’entretien qu’un escalier en métal.

Que faire quand la loi de Blondel est inapplicable ?

Il arrive que certains logements, pour la plupart anciens, ne soient pas adaptés à l’application de la loi blondel. Lors de rénovation, certain propriétaires se rendent compte que l’installation d’un escalier est compliquée. C’est le manque de place ou l’agencement de la pièce qui rend l’installation difficile. Dans cette situation, vous pouvez suivre un guide de trémie afin de ne pas faire d’erreur. Cela permet d’avoir un escalier plus aux normes.

Si vous faite une rénovation, révisez la dimension de la trémie avant de vous lancer dans la pose de l’escalier. Cela vous évitera des coûts de changements dans le futur assez importants. On estime qu’un escalier a une durée de vie entre 25 et 30 ans.

Les normes pour 2 types d’escalier

La pose d’escaliers doit répondre à des règles rigoureuses. Voici des exemples de normes supplémentaires qu’il faut respecter.

Un escalier commun

  • Hauteur de marche : inférieure ou égale à 17 cm
  • Giron : supérieur ou égale à 28 cm
  • La valeur de la formule de Blondel conseillée : 60 cm
  • Emmarchement : supérieur à 100 cm
  • Hauteur de garde-corps : supérieure ou égale à 90 cm

Escalier accueillant du public

  • Hauteur de marche : inférieure ou égale à 17 cm
  • Giron : supérieur ou égale à 28 cm
  • La valeur de la formule de Blondel conseillée : 60 cm
  • Emmarchement : supérieur à 120 cm
  • Hauteur de garde-corps : supérieure ou égale à 90 cm

ARTICLES LIÉS